D'après deux conférences données à la Grande Cathédrale au couvent de l'Amba Roueis au Caire. L'une le Vendredi soir 10 Décembre 1976, et l'autre le Vendredi soir Mai 1980.

HOMÉLIE SUR CES PAROLES DE l'évangile : Je détruirai mes greniers et j'en construirai de plus grands ; ET  CONTRE L'AVARICE.  Luc. 12. 18.

MES FRÈRES, les spectacles d'hier m'excitent à vous adresser une instruction ; mais l'inutilité de mes peines par le passé, arrête mon empressement et ralentit mon ardeur.

HOMÉLIE SUR CE SUJET : QU'IL NE FAUT PAS DÉSESPÉRER DE SOI-MÊME NI PRIER CONTRE SES ENNEMIS ni se décourager quand la prière n'est pas exaucée, et que les maris doivent vivre en paix avec leurs femmes.

CETTE homélie renferme de très-belles instructions données aux riches. L'orateur commence par montrer assez au long combien le jeune homme qui avait demandé à Jésus-Christ ce qu'il devint l'aire pour obtenir la vie éternelle ,

+ J'étais un brigand dans les forêts de Jérusalem, avec Barabbas et Gustas Amagos. Les Romains nous condamnèrent à la mort crucifiés,

L'ORATEUR , après avoir annoncé que nous sommes touchés par l'orgueil, et que nous ne pouvons nous relever que par l'humilité, montre, par des raisonnements et des exemples ,

Improvisée par l'orateur pendant la saison rigoureuse, un jour qu'ayant traversé la place publique pour venir à l'église, il avait vu une multitude de pauvres et d'infirmes étendus par terre dans le plus pitoyable état.

ENVIE, passion diabolique, funeste surtout à celui qu'elle tourmente ; mal incurable , mal pernicieux dont on a vu les tristes effets dès l'origine du monde; attaque et persécute ceux qu'elle devrait chérir davantage;

HOMÉLIE SUR LA FÉLICITÉ DE LA VIE FUTURE et sur le néant de la vie présente


Cette homélie qui a été certainement prononcée à Antioche, quoiqu'on ignore en quelle année, roule sur différents objets de morale. L'orateur, après avoir loué ceux qui l'écoutent pour leur zèle à venir entendre la parole sainte, montre :

Le titre ci-dessus annonce le véritable sujet de cette homélie. Les mots : Eloge de Maxime, dont on le fait précéder généralement, nous ont paru devoir être supprimés : outre qu'ils manquent dans deux manuscrits, il n'est question de Maxime que dans le premier paragraphe du discours; c'est tout à fait accidentellement, comme on le verra, que saint Jean Chrysostome fait l'éloge de son collègue avant d'entrer en matière.

1° L'orateur, dans un exorde où il montre que le chrétien qui souffre dans l'espérance d'un bonheur futur, a un grand avantage sur le laboureur, sur le pilote et sur le soldat, annonce qu'il va expliquer ces paroles de l'Apôtre : Non seulement, mais nous nous glorifions encore dans les afflictions; mais que, pour jeter un plus grand jour sur ce passage, il reprendra d'un peu plus haut, avant de s'en occuper. Il fait donc un tableau des persécutions violentes auxquelles étaient exposés les premiers fidèles.

Ceux qui louent les riches, faisant ainsi semblant d'honorer les richesses qui, par elles-mêmes, ne méritent aucune louange, ne sont pas seulement de vils flatteurs, des esclaves lâches et rampants, ils sont des impies et des traîtres.

ON ne sait pas en quelle année a été prononcée cette homélie ; on voit par l'homélie même que ç'a dû être au commencement d'un carême.